La saison 2021 de l’Equipe cycliste Groupama-FDJ s’est achevee le 17 octobre soir, avec la victoire de Stefan Kung concernant le Chrono Plusieurs Nations.

La saison 2021 de l’Equipe cycliste Groupama-FDJ s’est achevee le 17 octobre <a href="https://datingmentor.org/fr/biggercity-review/"><img decoding="async" src="https://justglamgirls.files.wordpress.com/2011/04/japanesekoreanandchinesemodelswearingglasses0.jpg" alt=""></a> soir, avec la victoire de Stefan Kung concernant le Chrono Plusieurs Nations.

J’ai vingt-quatrieme d’une annee faite de hauts ainsi que bas, et dont Yvon Madiot a accepte de dresser le bilan avant d’entrer de plain-pied dans la preparation de la saison suivante. Sans oublier de commenter brievement le recrutement Afin de 2022

Yvon, si tu devais evaluer la periode de l’annee de l’equipe via une note, quelle serait-elle et pourquoi ?

Je dirais 6/10, soit juste au-dessus d’la moyenne. Pourquoi ? J’aurais pu dire 5/10, mais j’ajoute un point car on a tout de meme eu beaucoup de courses. En revanche, je ne peux gui?re mettre plus car nous n’avons nullement gagne i  propos des Grands Tours. Le Tour de France a ete moyen, et meme s’il y a eu de bonnes choses, on pensait gagner au moins une etape et ca n’a pas ete la situation. J’imagine qu’on ne merite gui?re plus que 6/10. Cela nous manque vraiment votre victoire concernant votre Grand Tour. On dit souvent que Notre Vuelta permet de sauver legerement le bilan, mais on n’a nullement reussi non plus. Je mets legerement au-dessus en moyenne, mais cela demeure une note plutot basse et j’imagine qu’on ne pourra gui?re aspirer a plus.

« il faut se remettre proprement dit »

Un mois apres le terme une saison, quel sentiment predomine ?

Celui qu’il manque quelque chose : votre fameuse victoire qui marque, qu’on retient. Qu’elle soit concernant le Tour, i  propos des Classiques… Peut-etre aussi qu’il ne nous manque que LA victoire. Une etape concernant le Tour et je pense qu’on aurait reflechi differemment. Il existe ce gout d’inacheve, malgre bien et cela a ete realise a cote. Il existe une certaine frustration. I  mon sens, c’est tres clair : la periode n’est pas reellement reussie. On voit evidemment des echecs. Notre Tour en a ete votre. On en attendait nombre, on pensait avoir bati une equipe Afin de etre en position de gagner sur beaucoup de terrains. Stefan termine deuxieme d’une etape, battu avec le dernier coureur a s’elancer. Ca ne tient a gui?re grand-chose. Je le repete : il nous manque votre victoire dont on se rappelle. Cette victoire dont on se rappelle, c’est celle qui vous fait passer l’hiver. On ne l’a jamais, et ca nous fera donc passer l’hiver au sein d’ un etat d’esprit de remise en question, de revanche. Je ne me dis nullement « ca viendra mieux demain ». Non. Ce n’etait seulement pas tel on l’esperait et il faut travailler afin que ca ne se reproduise jamais, ainsi, que ca s’ameliore facilement des la nouvelle annee.

Notre bilan brut est-il surtout decevant au regard des ambitions nourries ?

On juge effectivement ce bilan moyen car on parvenait regulierement a gagner sur les Grands Tours ces dernieres annees. Ca etant, il ne va falloir pas tout noircir non plus. Beaucoup d’equipes pourraient se satisfaire de vingt-quatre victoires dans une saison. Neanmoins, nous avons un tel niveau d’organisation, de telles qualites et competences parmi le staff et les coureurs, un tel investissement, qu’on ne pourra gui?re totalement se satisfaire d’une saison comme celle-ci. Nos partenaires nous prodiguent aussi l’integralite des revenus pour reussir. De ce angle d’approche, nous n’avons jamais eu les resultats a la hauteur de nos competences ainsi que votre que nous mettons en place. On voit un petit decalage, il manque un petit quelque chose. On y travaille, on a des pistes de reflexion, de progression, on a effectue les meilleurs debriefings. Il faut se remettre proprement dit, l’ensemble de, tout le monde les niveaux, Afin de aller chercher cette ou ces victoires qui marquent et qui font la reussite d’une saison.

Comment expliquez-vous votre manque de reussite ?

Dans un premier temps libre, je dirais qu’on n’a pas pu aborder votre saison tel on adore le Realiser, avec un grand rassemblement en decembre. La situation sanitaire nous a contraints a nous separer en differents groupes. Ce rassemblement, ou on se retrouve tous, ou l’on peut discuter, nous a vraiment manque, en particulier au staff. Cela reste nombre revenu au cours du debriefing. Peut-etre sommes-nous ainsi entres avec un peu moins de maitrise dans cette saison. Avec l’absence prolongee de Thibaut, nous n’avons pas forcement pu aligner des equipes que nous souhaitions. C’etait aussi un vrai probleme, meme quand on ne peut nullement tout mettre sur le compte de votre longue indisponibilite. Les autres coureurs doivent aussi etre en capacite d’assurer. Cela nous manquait Thibaut, certes, mais on s’est aussi apercus qu’on n’avait gui?re non plus plethore de coureurs capables de gagner a tres haut-niveau. Sur le Tour, on a pratiquement perdu Arnaud apres trois jours. Ca a evidemment gache des plans. Une fois qu’il etait parti, on savait que des opportunites de victoire etaient fortement reduites. Sur d’autres courses, on a aussi vu notre difficulte a performer au plus haut-niveau. Au moment oi? les leaders ont des soucis, on a de la peine a tenir la baraque.

« Les coureurs n’ont rien lache »

En debut d’annee, Olivier disait vouloir « etre en situation de jouer la victoire a chaque depart de course ». Est-ce que une telle volonte a ete assouvie ?

Non, clairement. Il y a quelques courses ou l’on savait, i  l’origine, qu’on avait peu de chances de gagner. C’est deja se tirer une balle au pied, meme quand on y croit toujours, qu’on se evoque qu’il y a forcement une option, quand on part de loin… Il nous manquait quelques winners. On sait aussi qu’il y a d’la concurrence, qu’on ne va nullement recruter qui on veut, pour des raisons financieres ou sportives. On ne va nullement prendre nos vingt meilleurs coureurs du monde tel le font quelques equipes. Sans parler de leaders, on s’est rendus compte qu’il nous manquait des coureurs capables de gagner quand le leader est en delicatesse. On a eu relativement regulierement, sans gros trous dans le calendrier, mais disons qu’il n’y a nullement eu d’euphorie. On gagnait frequemment, mais pas forcement sur un plan que l’on esperait. David Gaudu a comme realise une belle serie entre le lieu Basque et les Ardennaises, mais on n’a gui?re su le repeter.

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *